Décliner ses campagnes d’e-mail marketing à l’international offre des effets de levier très intéressants, et n’est pas réservé aux seules multinationales. Quand une campagne fonctionne bien, il ne faut donc pas hésiter à la dupliquer dans d’autres pays d’Europe.

 

Toutefois, il faut être conscient qu’il ne s’agit pas d’un marché uniforme. Faut-il créer une campagne spécifique pour chaque pays ? Comment adapter une campagne existante aux pratiques du pays ?

 

Cinq pistes pour bien aborder l’adaptation des campagnes à des spécificités locales.

La communication internationale a singulièrement évolué ces dernières années. Selon le baromètre annuel d’Opinionway pour CCI International, les entreprises présentes à l’international sont plus performantes que celles seulement implantées sur le marché français.

 

Plus d’une entreprise présente à l’étranger sur trois a augmenté son chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier. Celles-ci sont 93% à estimer que l’international accroît significativement leur taux de croissance, contre seulement 70% pour les entreprises non présentes. Une présence à l’international aurait également un impact positif sur l’image de l’entreprise et sa notoriété (82%). Mais pour cela, la communication de l’entreprise doit également refléter cette approche internationale.

Si vous commercialisez vos produits et services dans différents pays, vous rencontrerez probablement des discussions sur les notions de mondial/ local ou encore standardisation / localisation. Il n’y a pas de solution unique. Cet équilibre fragile est dicté par :

 

• Les produits

• La structure de l’organisation

• Les rôles et répartition des responsabilités

• Les choix de management liés à l’allocation des budgets

 

Si les produits sont hétérogènes, les messages et la conception des campagnes tendent naturellement vers plus de personnalisation.

De nos jours, plus que jamais, l’engagement est la clé du marketing numérique. 

Les algorithmes récompensent l’engagement et les interactions, les publics sont plus susceptibles de consulter un contenu et de réagir au contenu en fonction de l’engagement. Si vous ne générez pas un certain niveau d’interaction, vous limitez votre potentiel de plusieurs façons, notamment sur les réseaux sociaux. C’est bien la raison pour laquelle on parle de média ou de réseaux «sociaux»

Il en va de même pour les organisations B2B: selon un rapport de CMI, 71% des entreprises B2B déclarent que l’objectif principal de leurs efforts de marketing de contenu est de générer un engagement. 

 

  1. L’ère de l’autorégulation des médias sociaux est révolue

Les géants des médias sociaux luttent pour se défendre en tant que gardiens de la liberté d’expression et évoquent qu’ils n’ont pas la responsabilité du contenu affiché sur leurs plateformes. Dans un monde caractérisé par des violations de données, du piratage et des fausses informations, les géants des médias sociaux devront assumer une plus grande responsabilité envers leurs communautés s’ils veulent éviter une réglementation lourde au cours des 12 prochains mois. Les appels au changement se multiplient et, en 2019, ne pas réagir aux préoccupations de la société en général ne sera plus une option.

Selon le CMI* et son rapport sur le marketing de contenu B2B pour 2017, 41% des spécialistes du marketing de contenu ont une stratégie en tête, mais elle n’est pas correctement renseignée et exécutée. Certains sont même prêts à intégrer cette nouvelle stratégie dans le budget de l’année prochaine. Pourtant, bien que le marketing de contenu soit le « roi » du marketing numérique, de nombreuses entreprises ont encore du mal à mettre en œuvre une stratégie de marketing de contenu complète dans leur entreprise.

Alors quelles sont les tendances à adopter pour une bonne stratégie de marketing contenu ?

L’Inbound Marketing correspond, en français, au Marketing de contenu (marketing entrant).

En effet, les entreprises créent des contenus (texte, article de blog, infographie, vidéo, film), pour les consommateurs, selon la cible à atteindre et les relaient allègrement sur les réseaux sociaux dans le but d’attirer directement les consommateurs vers le site web de l’entreprise principalement et donc de booster le trafic sur le site et par conséquent les ventes. L’objectif de l’Inbound Marketing est d’attirer les clients grâce à des contenus qui leur correspondent. 

Avec l’arrivée du web, les processus de décision des consommateurs ont radicalement changé, ils ont maintenant à leur disposition beaucoup de possibilités, ce qui leur permet de faire un choix entre plusieurs offres.

La démarche de l’Inbound Marketing est donc d’inciter le consommateur, grâce aux contenus attrayants, à se diriger naturellement vers l’entreprise.

Par Sarah Vizard, News editor Marketing Week

 

La majorité des spécialistes du marketing privilégient les tactiques à court terme par rapport à la stratégie à long terme, tandis que les responsables financiers estiment que le marketing doit toujours être relié à un impact à court terme.

Selon une enquête réalisée par l’IPA et l’ISBA auprès de l’industrie du marketing, 75% des spécialistes du marketing et 73% des agences s’accordent pour dire que les besoins tactiques à court terme sont souvent plus appréciés que les objectifs à long terme. Quelque 58% des spécialistes du marketing et 43% des agences s’accordent pour dire que les directives en matière de marketing changent régulièrement pour répondre aux demandes du marché, avec seulement 22% et 26% respectivement en désaccord.

 

Par Judith O’Leary, directrice générale de Represent

 

Selon Hubspot, 47% des acheteurs s’engagent avec 3 à 5 contenus avant d’interagir directement avec une entreprise. Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifie que le contenu est la clé de toute stratégie de marketing numérique. En ayant une approche claire de tous les aspects de la création de contenu, votre entreprise sera dans une position beaucoup plus solide pour ce qui est d’engager et de convertir les prospects en clients.

Par Helen Edwards, journaliste Marketing Week

Les meilleurs praticiens du marketing développent des stratégies basées sur une théorie solide, mais ils sont pragmatiques lorsqu’il s’agit de les mener à bien.

Deux choses rendent le marketing difficile : la théorie et la pratique. Au fil du temps, le marketing s’est avéré être l’une des disciplines les plus exigeantes à étudier et les plus épineuses à appliquer. Ce qui rend la théorie du marketing si tourmentée, c’est le contexte dans lequel il évolue. Le marché associé au comportement humain ne cesse de changer et ces deux éléments forment alors un chaos tourbillonnant. Alors où sont les vérités durables ? 

    class='wp-pagenavi' role='navigation'>
  • Page 1 sur 2
  • 1
  • 2