L’efficacité du marketing est motivée par le courage, la concentration et la ténacité, pas uniquement par une quête de ROI.

En entrant dans le bureau du PDG du groupe à la fin de ma première semaine dans un nouveau poste il y a des années, j’ai eu droit à des mots qui résonnent encore dans mes oreilles aujourd’hui : « Nous dépensons trop d’argent en marketing. Je ne pense pas que nous devrions en dépenser. Vous êtes le nouveau responsable du marketing, je veux que vous me montriez pourquoi nous devrions investir une partie de notre argent dans le marketing. ».

Commence alors une grande aventure de confiance, de transformation et d’efficacité. Dans les cinq ans suivant cette première réunion, nous avions quadruplé le retour sur investissement marketing et créé une feuille de route pour la croissance qui n’existait pas auparavant.

Alors, comment avons-nous fait ? Qu’avons-nous appris ? Quel rôle l’efficacité a-t-elle joué ?

Définir le rôle du marketing

Lorsque j’ai rejoint l’entreprise, le marketing n’avait pas de rôle clair. En fait, le plan commercial sur lequel nous travaillions pouvait être réalisé sans aucune dépense en marketing. Même maintenant, je ne suis pas surpris que le PDG et le directeur financier aient voulu réduire les budgets et les fonctions.

La première mission consistait à analyser et à définir clairement un rôle pour le marketing qui a fait une différence significative. Comment pourrions-nous être efficaces si nous n’avions pas d’objectif ou de mission clairs dans la mise en œuvre de la stratégie commerciale et du plan commercial ? En interne, nous avons commencé par analyser les chiffres et les produits. Les chiffres de base : volumes, revenus, marges brutes et supplémentaires. Puis les produits : ceux qui étaient en croissance, en déclin, ce qui se négociait de manière stable. Et en réunissant ces données, nous connaissions donc nos gammes de produits en termes de rentabilité et de marge supplémentaire.

« L’efficacité est bien plus qu’une méthode standard, c’est un état d’esprit et une culture, ancrés dans la stratégie d’entreprise. »

En externe, nous avons suivi étroitement la dynamique du marché, des clients, de leurs attentes, de la valeur, des facteurs de désabonnement et de nos concurrents. Nous avons commencé à comprendre nos forces et nos faiblesses. Les canaux dans lesquels nous devions nous trouver, les leviers que nous devions actionner pour aller au-delà du plan actuel.

De manière critique, il est devenu très évident que le rôle que le marketing devait jouer variait selon la division. Au niveau national, la marque était incroyablement forte et saillante. Améliorer l’expérience client serait crucial pour soutenir cela.

Sur le segment BtoC, il s’agissait d’augmenter efficacement la part de marché tout en augmentant la part de voix. Sur un marché B2B, il s’agissait de rétention, sur un autre, de croissance.

À l’échelle internationale, il s’agissait à la fois de créer une marque et de développer un « pipeline » de ventes. Beaucoup à faire.

Impliquer les équipes dirigeantes : Finance et divisions Marketing Produit

En son cœur, j’ai appris que l’efficacité était autant une question de confiance pour investir que de fournir un excellent rendement. Mais pas le genre de confiance qui signifierait que nous pourrions nous précipiter comme des imbéciles, alors que les anges de la finance n’osaient pas dépenser un sou.

Ils avaient besoin de confiance dans nos capacités et nos projets. Pour surmonter cela, nous avons fait plusieurs choses – toutes remarquablement impopulaires auprès de mes collègues des divisions.

Tout d’abord, nous nous sommes engagés à effectuer une série de Revues marketing trimestrielles avec le directeur financier du groupe afin d’examiner les performances et le futur profil « dépenses/résultats », aboutissant à une réunion annuelle avec la Présidente du groupe et l’équipe de direction. Nous avons appelé celle-ci la réunion « Fireworks ».  Franchement, vous ne saviez jamais vraiment ce qui se passerait. Tant de choses ont été déterminées par la réunion précédente et la frustration qui en avait émergé. Bien que ce processus et cette gouvernance aient été onéreux, ils ont fourni la forme et l’impulsion nécessaires pour réussir. Plus important encore, cela incarnait la responsabilité et la transparence. Nous nous sommes levés. Nous avons discuté de ce qui a fonctionné, de ce qui n’a pas fonctionné et de ce que nous ferions différemment. Cela pouvait être absolument brutal. Mais c’était un excellent facilitateur et nous positionnait comme des personnes d’expérience.

« En matière de retour sur investissement marketing, les mots comptent autant que les chiffres »

Article When it comes to marketing payback, words matter just as much as numbers

Deuxièmement, avec le PDG et le directeur financier du groupe, j’ai convenu des seuils d’investissement dans l’activité marketing, de critères de mesure et d’évaluation. De plus, les informations sur les marges supplémentaires nous étaient communiquées par l’équipe financière. Les divisions Marketing Produit détestaient également les taux de rendement minimum. Nous avons mis la barre très haut. Pour chaque livre sterling investie, une fois les coûts pris en compte, nous voulions voir un retour de 2 livres sterling de marge supplémentaire, et non de revenus. Bien que vous ne puissiez pas gérer votre entreprise uniquement sur la marge, nous préparions le terrain pour qu’un marketing efficace consiste à générer des quantités importantes de volume supplémentaire grâce à une opération à coût largement fixe. Tout cela était complémentaire aux prévisions de ventes dans les activités B2B et pré-qualifié pour convertir mieux que l’activité auto-générée.

Planifiez, testez, apprenez

L’« opérationnalisation » de la démarche a demandé aux équipes des divisions et à ma fonction centrale de travailler main dans la main. Non seulement comprendre et comparer les taux de conversion et les unités moyennes de revenus sur plusieurs produits et canaux de vente, mais aussi revenir en arrière pour appréhender clairement le type de changements de répartition nécessaires pour atteindre nos chiffres – et donc les budgets requis.

Inévitablement, de nombreux plans n’ont jamais dépassé ce stade. Soit ils coûtaient trop cher et n’atteignaient pas le taux de rendement minimal au retour, soit ils étaient trop sous-dimensionnés pour s’en soucier, soit le changement de répartition requis était tout simplement irréaliste. Cela a vraiment permis de concentrer tout le monde sur un marketing efficace, regarder au-delà des communications sur les prix, faire de meilleures propositions afin de pénétrer les marchés adjacents et augmenter notre valeur.

Bien sûr, certaines campagnes ont échoué. En fait, la première année, près de 50 % n’ont pas atteint le taux minimal. Mais tout a été mesuré, nous avons bénéficié de bons apprentissages. Les nouvelles campagnes ont été améliorées. Nous n’avons jamais eu de réduction de budget ni d’interruption de dépenses lors d’une revue trimestrielle. Les revues trimestrielles ont conduit à une amélioration continue. A tel point que les dirigeants ont commencé à se demander ce qui se passerait si nous investissions davantage.

Le pouvoir de la confiance

À la fin de la deuxième année de cette aventure, nous savions ce que nous devions faire. Le directeur de la clientèle, le directeur des finances commerciales et moi-même avons donc pris un risque calculé.

Nous avons isolé des fonds du budget commercial global, obtenu le feu vert de la part de la haute direction et lancé un nouveau programme de marketing central pour accompagner l’activité de la division : une nouvelle segmentation de la clientèle, puis un programme CRM central.

Commençant « petit », sur trois ans, ce programme s’est développé pour offrir un rendement annuel étonnant en revenus conservés, accrus ou nouveaux. Les clients du programme ont dépensé 3 % de plus que le groupe témoin.

« J’ai appris que l’efficacité était autant une question de confiance pour investir que de fournir un excellent rendement. »

C’était un faible coût et un rendement très élevé. Nous avons également été en mesure de maximiser les ressources et de réduire les coûts de vente en augmentant la couverture client via le CRM, ce qui a permis de réaliser des économies considérables sans perte de revenus. Nous avons réduit le taux de désabonnements et augmenté de nouveaux revenus grâce à de meilleures propositions. Nous n’aurions jamais pu adopter cette approche centrée sur le client plutôt que la méthode divisionnaire axée sur les produits, si nous n’avions pas eu la confiance de l’entreprise et des antécédents durement gagnés.

Conclusion

« J’ai appris que l’efficacité en marketing va bien au-delà de la définition d’indicateurs de performance clés ou d’objectifs commerciaux. Il s’agit de comprendre et d’établir le rôle du marketing dans la mise en œuvre de la stratégie commerciale, tout en favorisant une culture et une méthode de travail axées sur les résultats, avec une capacité d’amélioration continue. »

L’efficacité est bien plus qu’une méthode standard, je le répète, c’est un état d’esprit et une culture, ancrés dans la stratégie commerciale, axés sur la manière dont nous atteignons nos objectifs commerciaux de manière intelligente.

J’aimerais dire que la Présidente du groupe m’a remercié pour l’amélioration de notre activité et la mise en place d’un rôle clair et efficace pour le marketing dans notre organisation, mais ce serait méconnaître sa démarche.

Elle a toujours été, et l’est probablement encore, sceptique à propos du marketing, mais comme je l’ai découvert lors de mes nombreuses interactions avec elle au fil des ans, elle était sceptique à propos de tout. C’est ainsi qu’elle a dirigé la transformation de notre entreprise et assuré le changement.

Ce qu’elle respectait, c’était le courage, la concentration et la ténacité. Et, d’après mon expérience, vous n’obtiendrez pas d’efficacité sans ces qualités.

Article rédigé par Secret Marketer, traduit de Marketing Week / Crédit photo : Shutterstock

La copropriété de Parly2 est l’une des plus grandes copropriétés d’Europe regroupant 36 résidences, réparties sur 278 bâtiments, soit 7 500 logements pour près de 20 000 habitants.

8 piscines privées et 7 courts de tennis viennent agrémenter cet ensemble immobilier d’une centaine d’hectares situé sur la commune du Chesnay-Rocquencourt autour du centre commercial Westfield-Parly2.

Avec quarante hectares d’espaces verts, « une ville à la campagne » est le fondement de cet ensemble immobilier attaché à préserver son harmonie et à le faire évoluer, en avance sur son temps.

Depuis 1987, le magazine « La lettre de Parly2 » informe les résidents sur tous les sujets de la copropriété. Le 100ème numéro va paraitre en janvier 2023 ! Marketing Tactics accompagne la copropriété sur la conception graphique du magazine depuis 2009… Ainsi que sur la création de numéros spéciaux, notamment le tout dernier sur le sujet de la géothermie.

les lettres de Parly2

La lettre est mise aussi à disposition format numérique sur le site web de la copropriété parly2.com, qui a renforcé dès les années 2000 la communication de l’ensemble immobilier, auprès des habitants et inter-résidences.

Livret géothermie disponible sur le site web de Parly2

L’année 2022 est l’année des choix énergétiques…

L’ensemble immobilier de Parly2, en partenariat avec Engie Solutions, a mis en place une série de communications destinées à sensibiliser les copropriétaires au projet de géothermie, pour le réseau de chaleur de Parly2 : chauffage et eau chaude.

  • Dossiers et articles dans le magazine La lettre de Parly2, vidéos, et le tout dernier numéro spécial, un livret d’information de huit pages, « La Géothermie, une opportunité pour le réseau de chaleur de Parly2 »  permettent de retracer le travail de réflexion et d’étude du Groupe de Travail « Futur Energétique », composé de plusieurs membres bénévoles de la copropriété accompagné de sociétés de conseil en Energie, en partenariat avec ENGIE Solutions.

Ce tout dernier document présente les enjeux énergétiques et économiques, les parties prenantes et le planning du projet : de l’étude en 2018 jusqu’à la mise en place 2025… 

Avancée du projet à suivre dans les prochains numéros de La lettre de Parly2…

Calendrier du projet de géothermie de Parly2

Article rédigé par Caroline Lattard-Delaveau pour Marketing Tactics

Express Mailing, plateforme spécialiste des solutions Emailing, SMS et FAX, 100% Made In France place le contenu marketing au centre de sa stratégie de communication : un calendrier éditorial généreux, varié et documenté.

Marketing Tactics est en charge de la sélection et de la rédaction des sujets du Blog d’Express Mailing.

Via ce blog de « Conseils pratiques pour les opérations de marketing digital »,  Express Mailing publie des actualités mensuelles destinées à informer et éduquer sa communauté…

Notre équipe crée deux articles chaque mois dans le but de faire connaître les différents volets et évolutions du métier du marketing par Emailing et par SMS.

Ce travail d’analyse de la solution Express Mailing ainsi que de recherche d’information ou de contenus provenant de sources professionnelles diverses, enrichit la mission rédactionnelle.

La régularité et la variété des sujets traités sur les thématiques du emarketing et plus spécifiquement du emailmarketing, smsmarketing et faxmailing/maitofax, en font un Blog de référence.
Que ce soit pour les clients marketeurs, responsables Communication pour des collectivités, entreprises privées, franchises, ou pour des commerçants responsables de leur boutique… Chacun s’y retrouve !

Cette ligne éditoriale associée à la stratégie de référencement SEO d’Express Mailing vise à augmenter la génération de prospects via internet. Elle s’est avérée très efficace pendant ces 2 dernières années de crise sanitaire.

Chaque article est relayé via des Posts sur les trois réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter et Facebook.

En complément, sur ces mêmes réseaux sociaux, des Posts chaque semaine communiquent les actualités saisonnières d’Express Mailing de même que les chiffres clés et résultats d’enquêtes de la profession.

Depuis 2002, fort d’un portefeuille de plus de 15 000 clients de tous horizons, Express Mailing fait évoluer sa plateforme de diffusion d’Emailing et de SMS en phase avec les exigences des utilisateurs et les techniques de e-marketing.

Pour Carol Bove, co-fondateur et Directeur technique de la plateforme « l’objectif est de rendre accessible aux PME-PMI le marketing direct via une plateforme conviviale qui permet aux utilisateurs en quelques clics de mettre en page un message professionnel et attractif : promotion, newsletter, invitations, information, etc. »

Express Mailing

Consultez le blog : https://www.express-mailing.com/blog/

Article publié par Caroline Lattard Delaveau – Marketing Tactics

Vous avez voté

1 Stratégie digitale

Notre équipe vous apporte en amont la stratégie et nous sommes fiers d’être reconnus depuis 13 ans pour notre capacité à vous conseiller dans la construction de vos programmes, en phase avec les nouveaux dispositifs du marketing digital…

2 Contenu

Notre équipe est reconnue comme experte en rédactionnel marketing : cette compétence va de pair avec notre capacité d’écoute et de compréhension de l’univers de nos clients : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement… »  extrait d’une citation de Nicolas Boileau.

3 Design web

Notre équipe déploie les outils du web pour appliquer vos stratégies. Conception de site web vitrine ou e-commerce,  programmes d’animation sur les réseaux sociaux et campagnes d’Emailing / Newsletter sont nos missions au quotidien.

En conclusion,  Marketing Tactics réunit la stratégie, le contenu et les outils pour vous accompagner sur un axe cohérent et pour garder le cap !
Impliqués sur la mise en place des KPI et le suivi des résultats, nous progressons ensemble.
Nous allons plus loin avec certains d’entre vous sur les projets d’événementiel… À suivre.

www.marketingtactics.fr

Le marketing vidéo fait partie de la stratégie de contenu du groupe Bystronic, à plusieurs étapes du parcours client.

Les présentations des produits

Sur le site web et sur la chaine You tube, chaque machine et chaque solution sont présentées en vidéo, en plus d’une description des caractéristiques techniques et d’une bibliothèque de fiches produits à disposition.

Facile à consulter et à partager en réunion, cet outil de découverte du produit reflète le professionnalisme du groupe et la qualité élevée des produits.

Chaîne Youtube de Bystronic

Les démonstrations / tutoriels produits

Les chefs de produits de Bystronic traitent régulièrement un point technique particulier en vidéo.

Cette pratique s’est avérée encore plus efficace notamment dans les moments où il a été difficile d’organiser des rencontres en face à face avec les clients et prospects et aussi surtout lorsque les événements ont été annulés et remplacés par des digital Competence Days.

Exemple d’une vidéo tutoriel partagée via Linkedin

L’expérience client

Le contenu relatif à l’expérience client s’est encore plus développé ces 2 dernières années au moment où les clients du secteur de la métallerie industrielle ont ressenti l’importance de démontrer la continuité de leur activité et la pérennité de leur investissement dans les équipements Bystronic

Une concertation trimestrielle avec l’équipe commerciale de Bystronic France permet de planifier un programme d’interviews des clients dans toute la France, selon l’historique du client et la catégorie de machines installées, en prenant soin d’alterner les régions.  

1- Une communication Win-Win

La présentation de l’entreprise du client, son historique et ses équipes tout autant que le partenariat technologique avec Bystronic représentent les fondamentaux du Témoignage Client.

2- De la vidéo à la rédaction d’articles

Ainsi Bystronic France déploie une stratégie de contenu solide, basée en partie sur l’expérience client. Et la vidéo se trouve être l’outil privilégié de reportage et de témoignage ainsi qu’une source riche de contenu qui va permettre la rédaction d’articles de référence, prêts à partager en complément du lien vers la vidéo.

L’interview n’étant pas un exercice facile pour des personnes techniques et peu exposées aux projecteurs, un minimum de préparation des personnes est très important tout en préservant l’authenticité de chacun.                             

Exemples de formats vidéos intégrés à des newsletters

3- De belles rencontres

En vidéo, le client ouvre spontanément les portes de ses ateliers et chaque tournage est unique de par la diversité des clients. C’est une nouvelle expérience à chaque nouvel interview. Le relationnel sur le terrain avec les clients, très instructif est l’occasion de vraiment connaître leur quotidien dans les ateliers, de découvrir des activités pour des secteurs spécifiques et des réalisations originales.

La diffusion

Ce n’est un secret pour personne, aujourd’hui la diffusion des vidéos par emailing et via le réseau professionnel LinkedIn principalement permet d’obtenir les meilleurs taux d’ouverture d’email, d’impression de posts, d’engagement et de partage.

De plus, la retranscription des interviews sous forme d’articles aux côtés des vidéos sur le site web de Bystronic complète le message, accroit sa durée de vie et améliore le référencement du contenu.

Enfin, les vidéos sont le plus souvent relayées par les médias professionnels avec leurs rédactionnels, pour une couverture  sur toute la communauté des professionnels de la tôlerie.

Et pour terminer, le clin d’œil de Bystronic pour la fin d’année, en motion design !

Article publié par Caroline Lattard Delaveau – Marketing Tactics / Crédits photo Bystronic

Des études récentes montrent que la fidélité client redéfinie comme une « habitude inconsciente » peut faire évoluer l’expérience client.

Que signifie vraiment la fidélité client ? Oui, les consommateurs ont une affinité particulière avec certaines marques, mais peut-on dire qu’ils sont réellement fidèles ? Essayer de générer de l’émotion chez un client est-il vraiment ce que les marques doivent chercher à accomplir ? Ou pourrait-il y avoir un moyen plus collaboratif de construire les relations marque/client ?

Des études menées récemment par Edit et Kin + Care révèlent que les consommateurs ont de plus en plus leurs habitudes envers certaines marques, sans pour autant leur être fidèle. De manière générale le niveau de fidélité perçu envers celles-ci est bas, avec près d’un tiers de répondants indiquant qu’ils ne se sentent fidèles envers aucun secteur en particulier, et au moins 75% d’entre eux indiquant ne l’être envers aucune marque de n’importe quel secteur.

Construire des relations personnalisées en fonction du comportement d’achat est crucial si les marques souhaitent garder leurs clients. Parmi toutes les tranches d’âge et toutes les démographiques interrogées, plus de 50% des répondants affirment que les entreprises qui ne mettent en place aucune personnalisation dans leurs communications auront peu de chance de les voir revenir en tant que client. […]

Evolution des méthodes d’engagement

Les programmes de fidélité et les offres traditionnelles restent toujours parmi ceux qui incitent le plus à l’achat. Cependant, certaines études démontrent qu’il y a une disparité importante entre les attentes, en fonction du sexe et de l’âge, concernant la forme sous laquelle elles doivent être communiqués, c’est le cas des consommateurs plus jeunes en particulier pour qui l’exclusivité semble plus importante que les promotions.

« Pour aller plus loin dans la fidélisation il faut pouvoir définir le bon angle de communication, adapté au bon consommateur et pile au bon moment – et ce à travers divers points de contacts […]» suggère Dan Rubel, directeur marketing chez Currys.

Développer un parcours utilisateur personnalisé nécessite bien sûr une technologie avancée, mais ce qui est crucial c’est surtout de créer un niveau suffisamment élevé d’utilisation des données, afin que les marketeurs puisse les utiliser de manière optimisée. Une chose que Microsoft avait bien en tête lorsqu’ils ont intégré à leur plateforme Dynamics 365 Marketing, une fonctionnalité d’orchestration de parcours client en temps réel.

Leur directeur produit, Jim Nakashima précise « Lorsque nous avons intégré la fonction d’orchestration de parcours client en temps réel à notre plateforme Dynamics 365 Marketing, nous avons fait en sorte que celle-ci assure en priorité une connaissance pointue du client et attire des données utiles à toute l’entreprise, pas seulement au service marketing. Notre IA prend en charge une grande partie du travail, ce qui permet aux utilisateurs de créer facilement des expériences clients utiles sans avoir recours à l’aide d’une expertise spécialisée et sans dépendre de développeurs/ingénieurs.

« Ce qui change vraiment la donne c’est d’identifier les moments propices et créer une expérience client bluffante, multi-support et personnalisée de A à Z » insiste Rubel.  Chez Currys, ces moments clés vont correspondre à des déménagements, ou quand une machine à laver va tomber en panne ou – celui que l’on aime le moins – quand l’un de nos clients commence à se désengager de manière inhabituelle. Quand nos clients se trouvent dans l’une de ces périodes, nous veillons à ce que nos expériences se concentrent sur des contenus plus pertinents pour eux – que ce soit en ligne, en boutique, par email, sur le pas de leur porte et ailleurs.»

Alex Holt, le directeur consulting stratégique du marketing technologique chez Edit, est d’accord pour dire qu’il reste encore bien du chemin à faire pour montrer aux consommateurs que les marques n’assurent pas juste le strict minimum, mais prennent bien en considération leurs besoins dans leurs contextes.

Gary Arnold, directeur de la data client chez Kin + Carta’s, poursuit : « Les marques devraient identifier consciencieusement les différents points de contact client et travailler à l’unification de ces sources de données, afin de mieux comprendre l’ensemble des interactions que les consommateurs ont avec elles. De cette façon, elles auront une vue plus globale des parcours réellement empruntés par leurs clients, ce qui leurs éviteront de tomber dans le piège où beaucoup de marketeurs et professionnels de la relation client se trouvent coincés, c’est à dire proposer des parcours clients préconçus ne correspondant en rien à la réalité et au véritable comportement du client. »

« Peu importe à quel degré nous essayons de comprendre les clients, ceux-ci peuvent être très coriaces et les études menées par Edit montrent, qu’au fil du temps, la qualité du service client est largement plus déterminante comme facteur dans la génération d’habitudes clients, que le sont les récompenses et promotions. »

Julie Austin, directrice marketing et digital chez Bravissimo, est plutôt d’accord, mais dans la mesure où pour elle le service client a toujours été un enjeu majeur. « Nous avons toujours mis un point d’honneur à faire le plus possible pour nos clients, à travers l’écoute de ceux-ci mais aussi à travers nos efforts pour proposer un service qui n’est pas juste fonctionnel, mais qui représente une véritable expérience émotionnelle. L’honnêteté et la transparence ont toujours été importantes, mais jamais autant que durant cette pandémie et à propos de tous les sujets, que ce soit nos délais de livraison ou bien encore nos engagements éco-responsables. »

Collaboration et personnalisation

Comme l’explique Rubel de chez Currys « Il y a encore du travail à faire afin de mettre en place les structures technologiques et organisationnelles permettant de créer un parcours client sans heurts.»

« L’un de nos plus grands défis repose sur l’organisation. Nous avons tendance à avoir différentes équipes qui gèrent nos divers points de contact – l’équipe E-commerce, les équipes magasins, celles du marketing ou encore celles chargées des campagnes Emailing. Chacune de ces équipes se concentre sur l’amélioration de la partie du parcours client la concernant, en y ajoutant des personnalisations impactantes. Nous devons désormais connecter tous ces points de contact ensemble. »

Rubel doit construire ce nouveau cadre de travail dans le but d’améliorer une performance déjà très prometteuse, l’entreprise a en effet récemment partagé le montant de ses profits pour le premier semestre 2021 et celui-ci s’élève à £45M, ce malgré les problèmes de supply-chain rencontrés à l’échelle mondiale.

Il explique : « Nous avons besoin de renforcer et fertiliser l’entreprenariat, les innovations de canaux spécifiques […] c’est la partie la plus compliquée. Nous avons certes besoin d’un leadership centralisé, mais aussi de la collaboration et de l’enthousiasme des différentes équipes. […] »

Les recherches menées par Edit et Kin + Carta ont montré que les clients sont plus enclins à partager des informations personnelles si cela leur apporte en contrepartie du contenu plus riche et intéressant. Cependant la cible la plus jeune, la génération Z, est étonnamment celle qui est la plus frilleuse à partager ces informations, plus que leurs homologues plus âgés les millénials.  

Etant considérée comme la vraie première génération « digital native », la recherche toujours plus poussée de collection de données des marques et la valeur que celles-ci représentent pour elles, génèrent des attentes plus élevées en termes de valeur de contenu chez les consommateurs.

L’étude met en évidence le fait que nous rentrons dans une période de marketing-plus où les consommateurs attendent du contenu-plus, de la personnalisation-plus et une expérience-plus […]

Holt de chez Edit révèle que les principales barrières pour atteindre cet objectif sont en train de tomber « La technologie facilite la collection et le traitement des données, il est plus facile d’intégrer des personnalisations à grande échelle grâce à l’automation. On peut désormais commencer à réfléchir à ces stratégies car ce type de projet ne nécessite désormais plus des millions de livres pour être mis en place […] »

Article rédigé par Morag Cuddeford-Jones sponsorisé par Edit et Kin + Carta pour MarketingWeek.com. Traduit par Marketing Tactics

Crédits photo : Shutterstock

En mettant en place les bons leviers, au bon moment, la filiale française a augmenté significativement le trafic sur son site web et généré de nouvelles demandes de devis, en ligne.

 

La filiale française de la société Allemande Werth Messtechnik est spécialisée dans le développement, et la fabrication de machines à mesurer tridimensionnelle optique, multisensors et tomographie rayons-X.

 

Elle s’adresse principalement aux secteurs médical, aéronautique, automobile, électronique et de la plasturgie.

 

Sur ce marché spécifique de niche où les principaux comptes clients sont identifiés, le cycle de vente est long et le marché de renouvèlement sans grande surprise. La stratégie marketing se focalise sur le développement de notoriété de Werth France et la détection de nouveaux projets pour les clients et les nouveaux clients.

 

En plus d’une tradition de communication événementielle à la rencontre de sa clientèle technique sur les salons professionnels, Werth France a pris le virage de la communication digitale dès 2015 en communiquant régulièrement auprès de ses contacts via des enewsletters régulières et avec un site web modernisé.

 

Le report des salons en 2020 a accéléré le développement de sa stratégie de marketing digital : le travail de référencement naturel, complété par des annonces Google bien ciblées ont permis d’augmenter significativement le trafic sur le site web de Werth France en 1 an et de générer de nouvelles demandes qualifiées, via les formulaires en ligne : demande d’information, demande d’essai sur pièces, demande de devis, demande de démonstration, etc.

 

 

 

Parmi les actions qui ont augmenté la notoriété de Werth France auprès de sa cible sur internet : les campagnes régulières d’emailing verticales (par secteur), le retargeting sur Google, l’optimisation du dispositif de collecte de données sur le site Werth France ainsi que la mise en place d’un configurateur pour permettre au client de déterminer la gamme de machines correspondant à son besoin.

 

 

L’analyse du trafic mensuel et des pics de connexion sur le site web détermine les prochaines opérations à mettre en place et les nouvelles optimisations du site web.

 

« Une parfaite compréhension de notre besoin et de nos produits spécifiques a permis à l’équipe de Marketing Tactics de nous proposer des solutions marketing parfaitement adaptées et un retour rapide. » déclare Bruno Vetticoz, Directeur de Werth France.

 

À suivre en 2022 !

Extrait de l’article viuz.com – mars 2021

Le baromètre du Lead est l’outil de référence pour piloter et optimiser sa stratégie d’acquisition de prospects, tout au long de l’année.

Il synthétise et analyse les chiffres de la génération de leads répartis en 7 secteurs d’activité BtoB et BtoC. Il met en exergue les indicateurs clés, par secteur d’activité, mais aussi des analyses, et des témoignages d’annonceurs et de producteurs de leads.

 

Cette 2ème édition 2021 révèle, en cette année si particulière, plusieurs tendances.

 

La capacité des annonceurs à maintenir, et pour la majorité à augmenter, leurs budgets d’acquisition de nouveaux clients avec les dispositifs digitaux que proposent les grands acteurs de la « LeadGen ».

 

Ils ont ainsi su saisir l’opportunité de confier aux acteurs « made in France », experts de l’acquisition B2C et B2B, leurs « budgets performance ».

« La crise sanitaire que nous venons de vivre a quelque peu ralenti les investissements des annonceurs dans le digital qui, au cours du second semestre dernier, ont réinvesti en masse dans les leviers d’acquisition et de branding. La LeadGen, un modèle-phare du marketing à la performance, est le grand gagnant des leviers du digital de ces derniers mois et poursuit une croissance solide. Efficace, puissante et ROIste, la LeadGen est définitivement indispensable pour les directeurs marketing et commerciaux dans leurs stratégies de fidélisation et d’acquisition. »

 

L’explosion du Web tant dans l’usage que dans sa part d’audience bouleverse le paysage médiatique et les pratiques marketing.

Les chiffres du e-commerce vont de record en record avec des croissances à 2 chiffres depuis plus de 20 ans, les audiences du Web dépassent la télévision depuis 1 an*, la traçabilité est partout (et mieux encadrée depuis 1 an) etc… Tous les secteurs d’activité sont impactés, révolutionnés par le digital.

Parallèlement à ces « révolutions », la détection d’achat et les points de contacts avec les internautes sont démultipliés voir totalement réinventés.

Ainsi, le parcours client digital (dans le tunnel de vente) est dorénavant la base du plan media/marketing et des investissements inhérents
Tous ces changements sacralisent le « lead » qui devient l’apanage du digital et la base à tout business (en B2C comme en B2B). Qu’il soit généré en « in bound » ou en « push » le Web regorgent de leads qu’il convient d’activer, de traiter, de qualifier et de monitorer dans une logique de satisfaction client et de business bien sûr.

Les « marketers » font ainsi face à des enjeux nouveaux, complexes et hétérogènes à savoir :

  • La centralisation de la gestion et du traitement des leads multicanal
  • La multiplicité des parcours client et des points de contacts
  • L’optimisation constante des coûts d’acquisition du Lead et du Client
  • La mesure des dispositifs média/marketing et la réconciliation des données « on » et « offline »
  • La sécurisation, conservation, transparence et traçabilités des données individuelles
  • L’innovation forte et le cadre légal

Dans ce contexte/climat, le baromètre du lead – et les sociétés qui l’ont rédigé- apportent un éclairage précieux qui aidera à la prise de décision ».

Co-rédacteurs :

  • Axel Huyghe, InfoPro Digital
  • David Barraud, Data On Demand
  • Nicolas Schumacher, Hellopro

tableau

>> Baromètre du Lead disponible par ici

Article de Marketing Week, par Steve Hemsley, 29 Juin 2021

Les campagnes marketing réussies génèrent une croissance commerciale et sont encore plus efficaces lorsque les spécialistes du marketing d’une organisation travaillent en collaboration avec l’équipe de vente.

9 professionnels des ventes et du marketing sur 10 déclarent qu’ils ne sont pas alignés sur la stratégie, les processus, le contenu et la culture, selon un nouveau rapport d’Asana et Hubspot.

Et ce malgré le fait que, selon une étude de LinkedIn, 87 % des responsables des ventes et du marketing déclarent qu’il est essentiel que les deux fonctions travaillent en étroite collaboration.

Article extrait et traduit de Marketing Week, Décembre 2020

Si cette année nous a appris quelque chose, c’est que même les plans les mieux conçus courent encore le risque d’être rejetés à mesure que l’environnement extérieur change.

Oui, Covid-19 en est un exemple extrême, mais l’incertitude semble en passe de devenir une réalité économique. Des événements géopolitiques tels que le Brexit ou les élections américaines, à la crise environnementale et à l’impact du numérique, il semble préférable de supposer que l’incertitude est la nouvelle norme.

Dans cet esprit, il est essentiel d’adopter une approche à deux vitesses de la stratégie commerciale.