Les UGC sont les User Generated Content, ou en français, les contenus générés par les utilisateurs. Ces derniers sont une véritable mine d’or et doivent être exploités dans le cadre d’une stratégie de content marketing.

Les UGC sont gratuits, ce qui est un atout de taille ! Mais ils sont aussi pertinents et répondent à une demande de transparence très importante aujourd’hui. La production d’UGC est presque constante. Votre audience s’exprime, elle partage des news ou des vidéos, elle note, commente et dialogue.

Les contenus interactifs sont de plus en plus prisés. Et pour cause, leur efficacité est supérieure à celle des contenus « standards », dans la mesure où ils suscitent plus d’engagement chez les internautes. Utiles pour se démarquer et adaptés à l’usage massif du mobile, les contenus interactifs sont particulièrement attrayants. Et voici justement une sélection de contenus interactifs qui peuvent dynamiser vos contenus marketing.

 

1) Un jeu concours

Les jeux concours sont un autre moyen très efficace de créer de l’interaction tout en boostant considérablement votre visibilité sur les réseaux sociaux.

Tutoriel, Expérience Client, Démonstration de Solution, etc. La vidéo est un support pour instruire et inspirer, avec une large audience…

Les personnes ayant vu une vidéo tutoriel sont en moyenne 85% plus susceptibles d’effectuer un achat. (source :  business2community)   

La vidéo est à la fois un contenu court (par exemple : vidéo de présentation d’un produit) et un contenu long (par exemple : un webinaire). Cela dépend des objectifs de l’entreprise.  

D’après les professionnels les plus performants, le top 3 des types de contenu de communication vidéo les plus efficaces dans une stratégie de contenu marketing sont :

  • les témoignages clients,
  • les tutoriels vidéo, 
  • les vidéos de démonstration.

Présentation d’une nouvelle solution ou d’une étude de cas, briefing d’un réseau de distribution, conférence professionnelle, annonce interne…

Une conférence en ligne pour des prospects permet non seulement de générer des nouveaux contacts grâce à l’enregistrement via un formulaire mais aussi de démontrer votre expertise. Il s’agit d’une preuve par la voix de vos talents et de votre savoir-faire dans le domaine que vous connaissez le mieux.

Comment réussir ses webinars ?

Avez-vous déjà réfléchi aux connaissances que vous souhaitez apporter à vos participants ?

Voici maintenant 5 conseils pour réussir au mieux votre webinar et mettre en marche la turbine à prospects.

Incontournable, le livre blanc ou ebook, traite de façon pédagogique de sujets maîtrisés par l’entreprise, le plus souvent sous la forme d’un guide pratique, technique ou de tendances…

Traduction fidèle du terme « white paper » né au Royaume Uni, le livre blanc et ses usages ont beaucoup évolué depuis son apparition en France dans les années 1920, dans un premier temps très institutionnel et surtout plébiscité par les politiques et les ONG, il est devenu aujourd’hui un support de communication majoritairement utilisé par les services marketing des entreprises.

D’un minimum de 10 pages, dans un contexte B to B, en général d’une vingtaine de pages, ce recueil d’informations factuelles, traité de manière objective sur un sujet particulier, est destiné à un public ciblé avec pour objectif d’aider à la prise de décision.

Une des difficultés réside dans la rédaction d’un contenu neutre sans visées promotionnelles apparentes.

Informez vos clients en leur proposant du contenu à valeur ajoutée : plus de données, de cas pratiques, de cahiers techniques… Transmettez à vos clients, ils en seront plus que reconnaissants…

Raison 1 :  Votre entreprise gagne en crédibilité

Pensez-y un moment : vulgariser votre offre et ses bénéfices, parler de votre industrie et répondre aux questions de vos prospects est une excellente façon de montrer à votre clientèle éventuelle que vous êtes un expert dans votre domaine.

En leur offrant des réponses à leurs questions avant même qu’ils ne vous les aient formulées, vous gagnerez des points.

Pour définir votre cible, il est important de prendre le temps de l’étudier. Vous devez être capable de répondre à un certain nombre de questions : À qui s’adresse votre offre ? Qui sont précisément les personnes qui achètent vos produits ? etc.

Mais connaître l’aspect démographique de sa cible ne suffit pas. Il faut aller plus loin en déterminant leurs préférences, leurs besoins et attentes afin d’adapter votre stratégie en conséquence. Tendre vers une vision client à 360° vous permettra d’atteindre de manière pertinente votre cœur de cible. Enfin l’identification de son cœur de cible est d’autant plus importante lorsqu’il s’agit de e-commerce, où la relation client est virtuelle.

 

Identifier sa cible en créant de vraies personnes : Les personas.

 

L’objectif est d’identifier un profil type de client qui réunit les caractéristiques idéales par rapport à votre produit ou votre service. Ou pour qui vous allez adapter les caractéristiques. Il s’agit de définir des personas. Le persona incarne totalement le client réel que vous ciblez : vous allez utiliser des informations réelles pour le construire. Vous trouverez également régulièrement le termes “client idéal” ou encore “archétype” pour désigner le persona, c’est sensiblement la même chose. L’idée à retenir est que le persona vous aide à matérialiser quasiment physiquement le client à qui vous allez vendre votre produit et qui va le trouver irrésistible car “fait pour lui”.

Le persona représente une personne réelle qui vit, respire, et qui de par ses croyances, ses besoins, son mode de vie… a un fort intérêt pour votre produit.

 

Étapes

 

  • terminer précisément si l’on veut agir sur la cible marketing ou de communication, en B to B (Business to Business/entreprise-entreprise) et/ou en B to C (Business to Consumer/entreprise-consommateur).

 

  • Identifier le territoire d’action, local, régional ou national.

 

  • Sélectionner les canaux de communication en fonction des modes de consommation média/hors média de la cible.

 

  • Travailler étroitement avec les cibles secondaires pour soutenir et relayer le dispositif.